Conférence au Forum El Moudjahid

Une conférence sur les Assurances a été organisée le 13 Février 2017 au Forum El Moudjahid.

La conférence a été aminée par le Président de l’UAR (Union Nationale des Sociétés d’Assurance et de Réassurance) Monsieur Brahim Djamel KASSALI, qui à cette occasion, a abordé avec détails, plusieurs sujets en rapport avec l’actualité des assurances, (notamment nouvelle réflexion sur les assurances, le traitement des dossiers sinistres, particulièrement Automobile, l’évolution du Chiffre d’affaires, les grands dossiers de l’UAR, etc.

Le président de l’UAR, a expliqué que le secteur des Assurances a beaucoup changé, en termes de nombre d’acteurs et de conditions de fonctionnement. Le secteur comptait en 1962 deux sociétés, 14 sociétés en 2000, enregistre en 2017, 24 compagnies, 2.260 agences, 750 points de vente, 38 courtiers d’assurance. Ce qui a permis aux sociétés d’assurance de se rapprocher davantage des citoyens et de leur faciliter la souscription des polices d’assurance.

La loi de 2006 a besoin d’être revue pour corriger les faiblesses, moderniser et développer le marché des assurances. Un marché très affecté, ces deux dernières années, par la crise automobile.

La branche auto, constitue la part importante du chiffre d’affaires des assurances, mais aussi en terme d’indemnisation, avec un million de déclaration sinistre-auto chaque année. Sur ce chapitre les assureurs ont procédé au règlement des sinistres pour un montant global de 71 milliards de DA en 2015 dont 47,2 milliards de DA pour la seule branche automobile.

Concernant les délais de remboursements, le président de l’UAR, a expliqué, que lorsqu’il s’agit de l’assurance « tous risques », il n’y a pas de problèmes. Les difficultés se posent pour les autres garanties et surtout en cas de couverture en responsabilité civile uniquement.

Mais cette problématique a été prise en charge au niveau de l’UAR. Pour remédier à une telle situation, les sociétés d’assurance ont mis en place en 2015, un dispositif technique visant la résorption des stocks de sinistres automobiles au titre des recours et le remboursement systématique et rapide des dossiers recours automobiles. Deux conventions inter-compagnies ont été signées à cet effet. La première, appelée «Convention d’assainissement des recours au coût moyen», a permis, en 2016, de régler 78.000 dossiers recours relevant des exercices 2010, 2011 et 2012 pour un montant global de 3 milliards de DA. La seconde, appelée «Convention interentreprises de règlement sinistres automobiles matériels» au titre des recours, qui est en application depuis le 1er juin 2016, réduit considérablement les délais de traitement et de règlement des dossiers y afférents. Une troisième Convention appelée Convention IDA (Indemnisation Directe des Assurés) est sur le point d’être mise en application.

Le secteur des Assurances a enregistré une activité soutenue au cours de ces dernières années. Au plan de la production, le chiffre d’affaires global a fortement progressé durant la période 2000/2015, passant de 19,5 milliards en 2000 à 127,9 milliards de DA à fin 2015, soit un taux d’évolution globale de 550 % et un taux d’évolution moyen annuel de 12%.

Ces taux de progression sont particulièrement remarquables, même si, il faut le reconnaître, le potentiel assurable en Algérie est très important et encore insuffisamment couvert.

Concernant la plus-value que peuvent apporter les compagnies étrangères, le président de l’UAR estime que l’ouverture du marché aux opérateurs privés et internationaux reste un acquis pour la profession. La présence d’un grand nombre d’acteurs sur le marché a permis en fait de créer une importante émulation dans le secteur, à savoir une grande concurrence. Le conférencier reconnaît que l’assuré a besoin d’avoir à sa disposition un large éventail de produits. Pour la simple raison que la multiplication des offres permet d’amorcer la genèse d’une réelle compréhension de la portée et de l’intérêt de l’assurance par le citoyen et même le chef d’entreprise.

Plusieurs offres d’assurances, provoquent chez le consommateur un réflexe d’intéressement, il pourra comparer non seulement les tarifs, mais surtout les avantages, les garanties et le bénéfice de formules adaptées à ses besoins actuels et futurs.

Il y a lieu de noter que de nouveaux produits et services assurantiels plus attractifs et mieux adaptés aux besoins de la clientèle ont, par ailleurs, été mis en place au cours de la décennie  écoulée, et particulièrement en matière de services d’assistance et le développement de certains métiers en relation avec l’assistance, à savoir : l’automobile, le voyage, la santé et l’habitation.

Plus récemment, les sociétés d’assurance se sont lancées dans le numérique avec une offre de prestations diverses et qui se développent de plus en plus. Les devis en ligne pour certains produits d’assurances, la possibilité du paiement par carte bancaire des polices d’assurance, le SMSing pour, entre autres, l’envoi d’avis d’échéance des contrats et le règlement de sinistres et la généralisation prochaine du e-paiement, constituent des exemples concrets du processus de digitalisation engagé par les sociétés d’assurance.