Nouveau Président de l’UAR

M. Benmicia remplace ainsi M. Kassali Brahim Djamel, nommé Secrétaire Général au Ministère des Finances. La réunion extraordinaire a eu lieu au siège de la Compagnie Centrale de Réassurance (CCR). L’Assemblée Générale a décidé que M. Benmicia poursuive le mandat de son prédécesseur jusqu’en 2022. « Cette pandémie et venue remettre en cause beaucoup de règles et de valeurs établies. Par son effet de surprise, elle a bouleversé tous les secteurs et dans le monde entier. Il faut la prendre en considération sérieusement et tirer les enseignements de ses effets sur les différents secteurs que ce soit au niveau économique, social, …etc. Nous devons inscrire ceux-ci comme futures actions afin d’atténuer son impact et entreprendre une nouvelle démarche au sein de l’UAR », a déclaré le nouveau président de l’Union. Et d’ajouter : « Tous ceux qui ont établi des prévisions pour 2020-2021 et plus, sont en train de revoir leurs programmes et leurs projections. C’est pareil au niveau de l’UAR. » Il s’agit, en fait, d’un nouveau défi auquel il faudra faire face. Concernant les produits couvrant le risque pandémique, M. Benmicia explique qu’« En plein milieu de la pandémie, nous avons, au sein de l’UAR, relevé plusieurs propositions de solutions pour faire face à cette crise. Parmi elles, figure la réflexion à mener afin de mettre en place un régime ou un dispositif pour répondre, sur le plan assuranciel, aux effets de cette pandémie par des produits qui couvriront au moins une partie des pertes engendrées par ce genre de catastrophe sanitaire. D’ailleurs, elle et exceptionnelle », fait-il observer en enchainant, à ce propos, que les assureurs vont s’« atteler à cela rapidement ». Quant aux éventuels changements, au sein de l’Union, M. Benmicia a fait savoir qu’un programme ambitieux et déjà tracé et qu’il faudra le mettre en pratique, car il faut renforcer cette organisation en moyens humains, en ressources et par des compétences, pour réaliser les chantiers ouverts ainsi que d’autres qui le seront à l’avenir. En somme, l’UAR a déjà une ossature qu’il faudra renforcer, selon le nouveau président.